Engagement global


LE DANGER EST TOUJOURS Là

Notre association est constituée de témoins directs ou indirects, vigilants quant aux pratiques développementales dans le domaine aéronautique ou autres, vigilants sur le respect de l'environnement qui est devenu en quelques années un enjeu fondamental et prioritaire.

 

A l'heure actuelle, tous les programmes publics doivent obéir à trois contraintes, premièrement être cohérents économiquement, deuxièmement être socialement équitable et troisièmement respecter l'environnement.

 

Nous savons tous maintenant qu'elles en sont les raisons, notamment en ce qui concerne le troisième point : notre planète est en danger.

 

Depuis deux cents ans des progrès considérables ont eu lieu dans tous les domaines de la production, de la consommation, de la sécurité, du confort... Avènement de l’électrification des foyers, informatique, téléphones portables, pétrole, voitures individuels, centrales thermiques, nucléaires, etc.

 

Pourtant, revers de la médaille, dans le même temps nous détruisions peu à peu nos capacités de survie sur cette planète. Réchauffement climatique, augmentation du nombre des cyclones, réchauffement des océans, montée inexorable de ces mêmes océans menaçant de grandes zones côtières, fonte des glaciers, désertification de zone de production, épuisement des ressources de toutes les matières premières... 

 

Surconsommation des ressources renouvelables, surexploitation de ressources partagées comme les forêts, l'air pur ou l'eau potable. Mais aussi la dégradation des sols cultivables, pertes en biodiversité et tous les risques sanitaires liés à ce développement.

 

Bref, toutes les réunions sur le climat lance un cri d'alarme : il y a danger pour les générations futures à cause du développement principalement du monde occidental et puis maintenant aussi de la Chine et autres pays en cours d'industrialisation.

 

Nous savons. Nous savons tous maintenant que notre modèle de développement fut un mode de développement fait de cupidité, de prédation et de destructions. Mais, maintenant que nous savons, poursuivre sur le même chemin serait tout simplement criminel.

 

Pourtant, nombre de pratiques, conduites pourtant au nom de l’État, opèrent encore avec les anciens schémas destructeurs. Il n'y a pas de petits dégâts, qui ne compteraient pas. Il n'y a pas de zone que l'on pourrait malmener en raison de leur faible importance. Il y a un état d'esprit général à faire naître ou à entretenir d'une manière telle que tous nos projets soient vertueux, comme on dit.

 

C'est la somme de toutes les dégradations locales qui pourraient être à la source d'une possible catastrophe globale.

 

Donc...nous devons avoir peur. Non de cette peur qui fait fuir, mais de cette peur que certaines sociétés apprennent à leurs enfants pour leur apprendre à se protéger. C'est cette peur là que nous devons raisonnablement apprendre à ressentir afin de prendre la mesure des dispositions que nous devons mettre en place pour conserver un monde vivable. Et non pas sombrer dans le déni inconséquent ou l'espoir délirant que tout finira bien par s'arranger...